Campus Numérique Francophone de Cotonou

 

Accueil » Actualités » Actualités locales

>>Initiative francophone pour la formation à distance des maîtres

1er février 2011

Le Bénin signe un accord pour son déploiement dans 4 départements

Pour l’amélioration des compétences professionnelles des enseignants de la maternelle et du primaire, le Bénin vient de signer un accord avec la Francophonie. Après la phase expérimentale de l’Initiative francophone pour la formation à distance des maîtres (Ifadem) dans le Zou et les Collines en 2009-2010, le Bénin entre dans la phase de déploiement. Ainsi donc, de 2011 à 2013 et dans quatre nouveaux départements que sont l’Alibori et le Borgou, l’Atlantique et le Littoral, les enseignants vont voir leur compétence améliorée dans l’enseignement du et en français. Car à l’expérimentation, près de 556 enseignants titulaires du Certificat élémentaire d’aptitude pédagogique ont pu bénéficier de ce partenariat entre le Bénin et la Francophonie. Les experts mandatés pour évaluer Ifadem sont parvenus à la conclusion que ce programme s’inscrit dans la vision du gouvernement actuel. Cet accord qui vient d’être signé va permettre à plus de 4000 instituteurs et 1750 élèves-instituteurs de bénéficier du parcours de formation pédagogique et de l’initiation à l’informatique et à Internet.

Ceci sous le regard de près de 260 formateurs. Les instituteurs en formation pendant neuf mois seront réunis deux fois à l’Ecole normale d’Instituteurs où ils sont en fonction et vont travailler le reste du temps en auto-formation.

A tour de rôle, Soungalo Ouédraogo, directeur de la formation et de l’éducation à l’Oif, Abderrahmane Lellou, Vice-Recteur en charge de la politique scientifique à l’AUF, Gilles Yèkpon, directeur de cabinet du ministre de l’enseignement maternel et primaire, Pamphile Goutondji, secrétaire général du ministère des affaires étrangères ont tous reconnu le bien fondé de ce programme. Cette initiative de partenariat est appelée à devenir un projet catalyseur dans le domaine de l’éducation. Mieux, elle contribue à l’adoption d’un dispositif continu de la formation des enseignants à coût réduit. Aussi de façon progressive, cette initiative sera étendue sur tout le territoire national. La francophonie gagne ainsi sur le besoin de la clairvoyance dans les options éducatives et sa capacité à mobiliser les énergies. Car les locuteurs francophones augmentent, mais le niveau du français baisse. Il faut donc réformer les systèmes éducatifs et la formation des enseignants constitue un enjeu majeur.

1er-02-2011, Charles YANSUNNU

http://www.fraternite-info.com/ du 1er février 2011